Un budget volontariste dans un contexte de crise

argent_1Conseil communautaire

du 13 décembre 2011

 

Le vote du budget se déroule dans un contexte national et international particulièrement lourd sur le plan financier. La crise financière des États européens résulte d’une double spéculation : il convient en premier lieu de pointer la spéculation des dirigeants des États sur la prétendue capacité de la croissance économique à combler les déficits budgétaires. En second lieu, la crise des États est accélérée par la spéculation des marchés financiers. Les chefs d’États et les gouvernements successifs ont accompagné cette spéculation, en mode social-libéral avec la privatisation sans condition des banques dans les années 1980. Ils l’encouragent désormais en mode libéral affiché, comme le montre le renflouement des banques sans condition, consécutif à la crise de 2007-2008. Cette dérive de la financiarisation généralisée de l’économie témoigne de l’aveuglement de ces dirigeants devant le fétichisme de la marchandise. La valeur d’usage, tant humaine que naturelle, se révolte contre la valeur d’échange à laquelle elle est asservie. Les élus constatent, dans leurs communes, un appauvrissement brutal de nombreuses familles populaires, aggravé par un désenchantement vis-à-vis du consumérisme. La récente attaque du gouvernement, visant les fraudeurs et la Sécurité sociale, illustre l’ignominie ambiante, alors que la fraude et le défaut de paiement des charges sociales par certains employeurs est volontairement ignorée, sans compter les fraudes fiscales tolérées dans les paradis fiscaux.
Michel BOURGAIN souhaite dire la satisfaction du groupe des élus verts, citoyens et socialistes unitaires d’avoir à voter un budget communautaire qui affiche clairement son orientation, résistant à la débâcle en cours et solidaire pour atténuer les dynamiques régressives. Le maintien du soutien apporté aux communes par la dotation de solidarité communautaire, le refus d’actionner la fiscalité des ménages, l’évolution des dépenses de gestion contenues dans le seuil de 5,5 % ou la poursuite de l’ambitieux programme d’investissement marquent ce budget. En 2012, il convient de veiller à ne pas emballer la dynamique d’investissements au-delà des capacités physiques et financières, d’être attentif à la nature des emprunts souscrits pour financer les investissements, de veiller à ce que le taux d’endettement ne dépasse pas les 15 % et de contribuer à l’émergence de l’agence de financement des collectivités locales. Le Groupe verts, citoyens et socialistes unitaires exprime sa satisfaction de voir que les dépenses relatives à l’approche écologique font partie des priorités. Il souhaite qu’une communication particulière soit mise en place par la communauté d’agglomération pour exprimer la teneur solidaire et écologique du budget communautaire. Dans un contexte de défausse de responsabilités gouvernementales sur les collectivités locales, tout en vilipendant leurs dépenses soit disant excessives, notre communauté d’agglomération peut dire avec fierté à nos concitoyens qu’elle se tient fièrement à leurs côtés pour les protéger.

Michel Bourgain

Vice-président en charge de l’Écologie urbaine
Maire de L’Île-Saint-Denis

 

Michel Bourgain

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>