Sommet de Copenhague

16.12.09_Copenhague2Déclaration de la Communauté d’agglomération Plaine Commune

mercredi 16 décembre 2009

 

A l’heure ou se tient le sommet de Copenhague et où se réunissent concomitamment des élus locaux du monde entier pour lutter contre le réchauffement climatique, Plaine Commune souhaite contribuer à partir de son expérience à relever ce défi majeur.

Sur notre territoire, la moitié des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) est directement lié au mode de vie des habitants : logement, transports, production de déchets, fonctionnement des équipements publics, etc. Nous constatons par exemple que le secteur résidentiel représente à lui seul 40% de la consommation énergétique du territoire, les bâtiments les plus énergivores étant les plus anciens et dégradés. De même, l’insuffisant maillage des transports en commun dans nos 8 villes conduit trop souvent à l’usage du véhicule individuel. Enfin, la production de déchets, ne cesse d’augmenter fruit d’une surconsommation et d’un faible taux de recyclage et de réemploi.

Face à ces constats, Plaine Commune s’inscrit pleinement dans les objectifs (3×20) de la convention des maires sur le climat d’ici 2020 : réduction de 20% des émissions de Gaz à Effet de Serre (par rapport aux valeurs de 1990), utilisation de 20% d’énergies renouvelables, diminution de 20% de la dépense énergétique de son territoire pour une agglomération sobre, efficace, solidaire, responsable, préventive, adaptatrice visant le bien-être des générations actuelles dans le respect de celui des générations futures.

Une agglomération sobre parce que les objectifs ambitieux qu’elle devra nécessairement atteindre nécessitent une remise en question de notre mode actuel de production pour la consommation, plus précisément de surconsommation.

Une agglomération efficace c’est-à-dire qui met les progrès technologiques au service de l’homme dans un rapport harmonieux avec la nature.

Une agglomération solidaire à l’intérieur de son territoire et avec tous les territoires du Monde. Cette solidarité est fondamentale pour deux raisons : tout d’abord, la population de l’agglomération de Plaine Commune est parmi les plus défavorisées de notre pays ; cette population a le droit à une consommation énergétique équitable. De plus, seule une logique de coopération (internationale notamment), de solidarité et non de concurrence, peut garantir la survie de l’écosystème dans lequel l’humanité tient sa place. C’est pourquoi, nous nous engageons dans des projets de coopération internationale avec des pays du Sud sur le développement durable : eau et assainissement, gestion des déchets, etc.

Une agglomération responsable qui entend montrer l’exemple (sans pour autant donner de leçons) et prendre toute sa part dans les actions à mener. La responsabilité, c’est aussi la nécessité d’évaluer et de rendre compte.

Une agglomération préventive parce qu’il n’est plus possible de prendre des décisions nouvelles qui augmenteraient les consommations énergétiques ou les émissions de GES.

Une agglomération adaptatrice, enfin, pour que Plaine Commune assume une histoire, riche et complexe, dont les stigmates (sur le sol et le sous-sol mais aussi dans son tissu humain) nécessitent une correction, une adaptation à cette spécificité.

Une agglomération qui gère le présent dans le respect des générations futures. Plaine Commune entend répondre aux besoins des générations futures en construisant une société qui permet de satisfaire les besoins des générations actuelles.

Dans cette démarche, nous avons besoin du soutien de nos partenaires, notamment pour mettre en œuvre les nombreux projets d’éco renouvellement urbain. Notre Plan Climat Energie s’inscrit résolument dans une dynamique régionale, en cohérence avec le Plan Energie Climat du Conseil général de Seine-Saint-Denis et le développement de la région parisienne.

 

Nous élus de Plaine Commune

– sommes conscients du danger sans précédent pour l’Humanité que constitue le réchauffement climatique. Ce défi appelle l’engagement de tous : Etats, entreprises, associations, citoyens, etc. Alors que désormais la moitié de l’Humanité vit dans les villes et que 75% des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) proviennent du milieu urbain, les autorités locales doivent, plus que jamais, promouvoir de nouveaux comportements plus économes en énergie et respectueux de l’environnement.

– Nous engageons de manière résolue notamment dans le cadre de notre Plan Climat Énergie à tout faire pour respecter les engagements de la convention des maires pour le climat.

– Soutenons la démarche des associations internationales d’Autorités Locales présentes à Copenhague et demandons que soit mentionné dans l’accord final le rôle fondamental des autorités locales dans la lutte contre le réchauffement climatique.

– Rappelons la nécessité pour les pays développés, qui sont par ailleurs les plus grands émetteurs de CO² par habitant, de soutenir financièrement les pays en développement dans la lutte contre le réchauffement climatique et ses conséquences.

– Appelons de nos vœux, la signature par les Etats présents d’un accord ambitieux sur le changement climatique.

 

16.12.09_Copenhague

 

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>