SCOT

logement_ville_3vConseil communautaire

du 20 décembre 2006

 

Michel BOURGAIN félicite les auteurs du travail présenté, Danièle VIGIER et Elodie BERTHOMIER, conduits par Pascal BEAUDET, souligne leur ténacité et leur écoute. Le document est de grande qualité. Il souhaite aborder la question du « quatre quarts », toujours fort appétissant, mais dont il faut veiller à ce qu’il ne soit pas bourratif. Il faut absolument savoir d’où l’on vient pour déterminer où l’on doit aller. L’état initial du « quatre quarts » doit être étudié : les quantités, mais aussi la qualité. Il convient d’être précis, dans le domaine du logement par exemple : un mètre carré construit de logement se rapporte-t-il à l’emprise au sol ou à l’ensemble du terrain à bâtir ? Michel BOURGAIN estime que cela peut prêter à confusion. De même, lorsque l’on évoque les grands espaces, parle-t-on des espaces verts mais aussi des terrains de sport, des cimetières, voire des grands parkings ?

Partager l’éco-renouvellement urbain, protéger les espaces verts, favoriser les circulations douces sur l’ensemble du territoire avec les secteurs de circulation apaisée, recréer des liens entre les espaces divisés par les grands axes routiers et ferrés, et prévoir, à long terme, l’enterrement des lignes à haute tension.

Il demande donc si l’étude sur l’état initial est lancée, et comment elle va s’articuler, le cas échéant, avec la finalisation du SCOT, qui peut encore être retouché puisque l’enquête publique est à venir.

Sur les immeubles de grande hauteur, Michel BOURGAIN comprend la volonté de réduire l’emprise foncière. En revanche, celle de donner des « signaux » se discute beaucoup plus selon lui. Il souhaite s’assurer de la compatibilité entre ce projet et le souhait d’avoir des constructions de haute qualité environnementale (HQE). Un tel projet, sur le site de La Défense, semble le garantir, avec un parc éolien au sommet.

S’agissant de L’Île-Saint-Denis, Michel BOURGAIN précise que l’appellation « base nautique » est réductrice, car elle ne fait référence qu’au lieu de stockage ou d’embarquement. L’appellation exacte est « parc de loisirs nautiques », qui évoque l’ensemble du périmètre et ses différentes fonctions, aussi bien sur l’eau qu’en lien avec les espaces verts à proximité.

Michel BOURGAIN souhaite enfin aborder la préservation des espaces verts. Une clarification doit être apportée sur la zone des Tartres, qui est aujourd’hui, de fait, un espace vert, mais doit être en grande partie urbanisée. Il estime qu’il faut donc préciser le devenir de cette zone des Tartres, qui constitue aujourd’hui une aire de respiration, située dans un cœur dont il faudrait peut-être, pour le coup, étudier l’urbanisation. Des projets ont été lancés sur ce sujet.

Michel Bourgain

Vice-président de Plaine commune en charge de l’Environnement 
et de l’Écologie
Maire de L’Île-Saint-Denis

 

Michel Bourgain

 

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>