Licenciements KREMLIN : d’autres solutions existent que les licenciements !

travail_0Communiqué du groupe local des Verts de Stains

jeudi 12 mars 2009

 

Kremlin licencie à Stains, victime de “la baisse du marché” [1]. Personne ne conteste l’impact sur les commandes du contexte de récession actuel et les difficultés qui peuvent en résulter.

Nous devons toutefois constater que l’ajustement se fait sur les salariés puisqu’une annonce de 67 licenciements est désormais connue.

Quelle est l’activité de cette entreprise ? Elle appartient au groupe Exel connu pour son haut niveau de compétence en matière de fabrication de pulvérisateurs industriels. Lorsque vous traversez la Champagne, vous pouvez voir les immenses pulvérisateurs ou arroseurs qui sont installés dans les champs au-dessus des vignobles. Ces instruments demandent de la précision et sont de plus en plus contrôlés soit par satellites (dans les champs) soit par une technicité particulière dans les peintures industrielles comme les carrosseries.

 

Le groupe affiche une attention très soutenue à la nécessité de respecter de plus en plus la nature dans la manière de pulvériser, les produits de protection des matériaux utilisés, et la manière de les appliquer sur les surfaces concernées. Nous ne pouvons que nous réjouir en tant qu’écologistes de cet affichage et de cette volonté.

 

Après avoir fusionné en un seul site à Stains, celui de Champagne et de Seine-Saint-Denis, le groupe semble s’orienter vers une nouvelle compression d’effectifs. Est-ce bien la solution quand on veut aller plus loin et plus fort dans la recherche développement ? Est-on certain que les licenciements ne protègent pas seulement les dividendes des actionnaires ?

 

Ainsi ne faut-il pas, plutôt que licencier, renforcer les compétences des équipes pour atteindre les objectifs proclamés ?

 

Nous devrons donc dans un premiers temps faire la part des difficultés liées au niveau de rentabilité financière (cours de la bourse) puis d’observer les difficultés proprement industrielles. Pour les premières, les actionnaires peuvent faire des efforts : ils ont connu des années fastes antérieurement et ce n’est pas aux salariés de payer.

 

Pour l’aspect industriel, les pouvoirs publics doivent intervenir en mettant sous condition de l’aide le maintien des emplois et un investissement exceptionnel pour orienter l’activité vers le développement durable. C’est ce que nous considérons comme priorité de relance.

 

Pas de licenciement et investissements productifs verts.

 

« Ainsi, en développant ces pulvérisateurs de demain, nous mettons toute notre innovation et notre savoir-faire au service de la nature ! » peut-on lire sur le site du groupe Exel.

 

Nous sommes d’accord. Donnons-nous en les moyens sans laisser les personnels sur le carreau !

Notes
[1] Ce communiqué est établi en fonction des éléments d’information dont nous disposons : de nombreux point méritent sans doute approfondissements et informations complémentaires.

Francis Morin

Conseiller communautaire
Adjoint au maire de Stains en charge du Développement durable

 

Francis Morin

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>