Le groupe Verts et Citoyens de Plaine Commune soutient l’association de la Maltournée

ville_natureJeudi 22 mars 2007

 

Comme les habitants de la Porte de Paris, nous sommes :
– Pour un éco-quartier, vivable.
– Conserver la Maltournée en l’état parce que c’est un endroit qui a un charme qu’aucun urbaniste ne pourrait recréer ; c’est un atout de la Porte de Paris.
– Empêcher la création d’une entrée-sortie de l’autoroute A1 qui déverserait ses voitures en plein milieu de la Porte de Paris ; c’est la création d’une nuisance qui n’existe pas pour le moment.
– Supprimer la circulation sur les deux bretelles d’autoroute existantes car ce flux de voiture coupe en deux la Porte de Paris et rend impossible la création d’un quartier humain.
– Parier sur le développement des transports en commun plutôt que sur celui de la voiture en laissant une large place aux transports collectifs.

Petit résumé des épisodes précédents

Depuis 2004, les habitants de la Porte de Paris s’opposaient à un projet d’urbanisme qui ne prenait pas assez en compte la participation des riverains. Après pétition, mobilisation, l’urbaniste pressenti a été remercié.

En 2006, un nouveau cahier des charges à destination des urbanistes a été rédigé pour élaborer un projet d’aménagement du sud de la Porte de Paris.

Parmi les orientations choisies dans ce document :

– Rôle de ce quartier en tant que liaison entre la Plaine et le centre ville et, au-delà, entre le Nord de la ville où se trouve l’habitat et les commerces et le sud où se trouvent essentiellement des bureaux et des entreprises.

– Mise en valeur du Canal et du bassin de la Maltournée.

– Intégration de nouvelles bretelles de liaison entre la porte de Paris et l’A1.

 

A partir de ce cahier des charges, 5 équipes d’urbanistes ont travaillé et ont présenté leurs projets.

Le Comité Technique Partenarial de la Porte de Paris s’est réuni le 28 novembre 2006 pour émettre un avis consultatif sur le choix de l’aménagement. 12 membres composaient ce Comité. Après audition des 5 candidats, le comité a procédé à un vote. Le projet arrivé en tête est celui de Mariolle et Bres (22 points) Celui arrivé en second est celui de Grumbach (19 points)

 

Mais les élus ont choisi de ne pas retenir le projet arrivé en tête et ont proposé de faire retravailler le lauréat (Bres et Mariolle) ainsi que l’urbaniste arrivé en seconde position (Grumbach).

 

La raison invoquée pour ne pas retenir le projet « gagnant » est la non prise en compte de la demande d’aménager une nouvelle entrée-sortie d’autoroute au niveau de la Porte de Paris. L’argument des la SEM, et de son commanditaire Plaine Commune, pour instaurer cet aménagement autoroutier était que l’Etat en faisait la demande. Or, l’Etat n’est pas demandeur d’un échangeur autoroutier à cet endroit.

 

Il semble bien plutôt que cette demande corresponde à une certaine conception qui consiste à considérer que pour les salariés qui viendront travailler dans les bureaux prévus dans le futur aménagement, la voiture sera le meilleur moyen de transport…

 

Les deux « nouveaux » projets

 

Les deux aménageurs retenus, contre l’avis du CTP qui en avait choisi un seul, ont donc rendu leurs copies. Elles étaient présentées aux habitants le 8 mars. Dorénavant, les deux aménageurs proposent une entrée-sortie d’autoroute. Grumbach, qui la proposait déjà, a baissé la taille de la tour qu’il prévoit sur la rive du bassin de la maltournée.

 

Pour le reste, les différences entre les deux projets restent importants.

 

Le projet Bres et Mariolle : Il crée un éco-quartier sur l’ensemble du site ; Il préserve l’ensemble des rives du Canal, et notamment les berges du bassin de la Maltournée à destination d’un lieu de convivialité et d’échange citoyen contribuant ainsi à composer un trait d’union « appropriable » par la population entre le Nord et le Sud de la commune ; Il s’appuie au maximum sur des infrastructures existantes pour limiter les coûts d’aménagements et laisser le plus de place possible à la concertation et à la négociation. Il anticipe l’enterrement de l’A1.

 

Le projet Grumbach conçoit un type d’urbanisation qui ne prend pas suffisamment en compte les enjeux d’un aménagement durable de la ville. Il urbanise le secteur de la Maltournée, notamment avec une tour à proximité du Bassin ; il ne prévoit pas d’éco-quartier ; les berges du canal ne sont pas suffisamment préservées ; il prévoit des aménagements routiers qui renforcent la place de la voiture dans le secteur.

 

En l’état, le projet Bres et Mariolle est donc celui qui prend le plus en compte les aspects développement durable pour l’aménagement de la Porte de Paris.

 

Ce que les conseillers Communautaires Verts de Plaine Commune demandent :

– Le projet lauréat, doit être retenu. Le nouveau « tour de scrutin » prévu n’est pas correct. Il méprise le choix effectué par le CTP.

– La conservation en l’état de la maltournée. Nous refusons que cet espace qui borde le bassin de la maltournée soit urbanisé.

– L’abandon de la création d’une entrée-sortie d’autoroute, dont l’utilité n’est pas avérée. Nous demandons donc le retour au premier projet de Bres et Mariolle, qui ne prenait pas en compte cette demande du cahier des charges dont l’utilité, à nos yeux, et sous réserve d’éléments nouveaux, n’est pas avérée.

– Parier sur le développement des transports en commun plutôt que sur celui de la voiture en laissant une large place aux transports collectifs, notamment pour relier le nord et le sud de Saint-Denis.

 

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>