Grand Paris express : un transport et un aménagement non durable

Grand_paris_expressMars 2011

 

Acte 1 : Deux projets concurrents. Arc Express, défendu par la Région, propose une desserte fine des territoires. Le « Grand Huit » défendu par l’Etat propose de relier à grande vitesse les aéroports et les quartiers d’affaires.

Acte 2 : Mascarade de concertation publique. D’une part, les projets ne cessent de se modifier semaine après semaine, le dernier mois toutes les 48 H. Un simple citoyen ne peut s’y retrouver. D’autre part, la parole est confisquée par les ténors de la politique et les industriels.

Acte 3 : La concertation n’est pas terminée, la première ligne du bilan pas encore écrite, quand M. Leroy, Ministre du Grand Paris et J-P Huchon Président de la Région Ile-de-France annoncent que l’État et la Région se sont mis d’accord pour construire le Grand Paris Express, supermétro automatique (20,5 milliards €) qui s’accompagne d’un plan de modernisation de l’existant d’un montant de 11,9 milliards. Pour le plateau de Saclay, le métro souterrain est abandonné au profit du bus à haut niveau de service.

Rebondissement : quelques jours plus tard, le gouvernement annonce que le métro express desservira aussi le plateau de Saclay.

Bilan : Grand Paris Express reprend à 80% le tracé du « Grand Huit » proposé par l’État. Projet qui avait été vertement critiqué par l’ensemble de la gauche. La Région a capitulé en rase campagne. Tous les partis se félicitent de cette décision à l’exception des écologistes. Pour ces derniers, le projet tourne le dos aux préoccupations des habitants qui réclament de meilleures conditions de transport et une desserte fine des territoires assortie de gares. Sur Plaine commune la seule desserte prévue est Pleyel-RER D, plus une hypothétique, la gare de La Courneuve. Quant au tracé envisagé pour rejoindre Pleyel-RER D au RER B-Stade de France, à différents quartiers d’Aubervilliers puis Bobigny, il est devenu optionnel et en concurrence avec un autre tracé. L’intermodalité en prend un coup.

Grand Paris Express s’inscrit dans une logique qui fortifie ou développe 4 pôles capitalistiques : La Défense (affaires), le Plateau de Saclay (cluster des biotechnologies), La Plaine St Denis (cluster de la création) et le triangle de Gonesse (Grand complexe commercial culturel, sportif et récréatif). Ce qui va renforcer encore plus la concentration des emplois sur quelques pôles. N’oublions pas qu’actuellement 30 communes sur 1300 concentrent la moitié des emplois régionaux. Cela va accroître les déséquilibres territoriaux et considérablement augmenter les flux de déplacements. Grand Paris Express est tout sauf au service des Franciliens.

Dominique Carré

Président du groupe.
Conseiller communautaire délégué en charge de l’Éco-mobilité, Voirie et Déplacements
Pierrefitte-sur-Seine

 

Dominique Carré

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>