Expulsion des occupants de l’hôtel particulier place des Vosges : la justice coupable de non assistance à jeunes personnes en danger

19.01.10_jeudi_noirCommuniqué EELV

mardi 19 janvier 2010

 

Dans l’affaire de l’hôtel particulier de la place des Vosges, la justice a tranché contre les occupants en faveur de la propriétaire millionnaire qui loge dans une maison de retraite de luxe.

Ce procès est symbolique de la France injuste de Sarkozy au service des biens nés et des biens logés. La France que nous voulons c’est une France qui fait une priorité de loger toutes celles et ceux qui sont sans abris, de construire massivement des logements sociaux économes en énergie, de taxer et réquisitionner les logements vides. Nous ne voulons pas de cette France qui condamne ceux qui sont obligés de squatter pour ne pas dormir dehors.

Les étudiants et travailleurs précaires qui ont trouvé avec Jeudi Noir un toit dans cet immeuble luxueux inoccupé depuis de nombreuses années ont huit jours pour évacuer le bâtiment sous peine d’amende.

La justice s’emploie à faire respecter la loi… mais d’un seul côté seulement. Qu’en est-il de la loi de réquisition ? Pourquoi n’est-elle pas appliquée dans cette situation exemplaire alors que le mal logement est devenu un des fléaux les plus importants de notre décennie ? On ne peut que constater que les pouvoirs publics et ses institutions aux ordres, privilégient une héritière millionnaire qui laissent pourrir un immeuble vide depuis des dizaines d’années au détriment de personnes sans logis !

Cette situation est caricaturale de la problématique du logement en France où les logements sociaux sont insuffisants et trop chers, où les charges locatives augmentent inexorablement d’année en année, où l’immobilier est soumis aux spéculations financières avec comme résultat de plus en plus de familles, d’étudiants, de travailleurs, de précaires menacés d’expulsion pour non paiement, mal logés ou à la rue.

La priorité devrait être de loger tous les sans abris, de réquisitionner les logements vides, et de donner à tout le monde des conditions de vies décentes, notamment les jeunes.

Ce jugement est une honte. Nous continuerons à nous battre aux côté de Jeudi noir, du DAL, des Enfants de Don Quichotte pour que le droit au logement devienne enfin un droit effectif et pour que ceux qui bravent la loi pour ne pas mourir de froid ne soient pas criminaliser.

Pour en savoir plus : http://www.jeudi-noir.org/

Djamila Sonzogni

Porte-parole nationale des Verts

 

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>