Déclaration du groupe des élu.e.s écologistes et citoyens sur le budget 2019

argent_1Déclaration du groupe écologie et citoyens 9 avril 2019

L’exonération de cotisations pour les entreprises avec moins de 5000 euros de chiffre d’affaire annuel est une bonne nouvelle, nous l’avions demandé maintes et maintes fois, c’est désormais fait. Les milliers de micro-entrepreneurs du territoire doivent le savoir et nous devons le faire savoir, c’est utile pour notre territoire, La politique c’est du concret.

Par contre l’Etat, aurait dû rembourser le manque à gagner aux collectivités sous forme de dotation et non d’allocation compensatrice et il ne le fait pas. C’est anormal. On dirait que ce gouvernement ne fait de la politique que sur le dos des collectivités. 

L’annonce de la cantine a 1 euros en est une parfaite illustration alors qu’avec le quotient familial à Saint-Denis le coût le plus bas et de 15 centimes le repas. Un repas de cantine, tout compris c’est entre 12 et 15 euros. On n’a pas attendu “les marcheurs” qui descendent de leur tour d’ivoire pour appliquer des politiques volontaristes, ni la pression des gilets jaunes sur le pouvoir d’achat.

De plus la révision des taxes locatives pour les locaux professionnels ne s’est pas fait cette année, nous perdons 400 000 euros pour un oubli, ou du marketing politique de nos fameux marcheurs qui vont faire de l’immobilisme ? 

Cette diminution de la CFE devrait s’améliorer les prochaines années et reprendre le chemin d’évolution que nous connaissions les années précédentes.

Pour la Teom, enfin et c’est historique, nous réussirons à lisser nos taux sur toutes les villes. Peut-être que nous pourrons enfin nous atteler à l’expérimentation d’une redevance qui impliquera les bailleurs et les habitants. 

Presque 118 millions donnés par les villes, ce n’est pas anecdotique par rapport à d’autres intercommunalites et on peut s’en féliciter.

Pour le FPIC, statu quo, heureusement qu’il y a le fond de péréquation interdépartemental qui s’est mis en place.

Pour les recettes de gestion, on ne peut que féliciter les services avec une hausse de 9,2% grâce au travail sur les subventions. Un travail fastidieux, toujours plus compliqué et qui demande toujours plus de compétences. 

Au titre des dépenses, il est primordial de trouver des pistes sur les frais financiers car on ne peut continuer à engraisser les marchands du temple.

Des dépenses en progression, c’est un signe de vitalité, un signe que sur Plaine Commune, il se passe des choses même si pour le citoyen lambda Plaine commune se résume au ramassage des ordures et au nettoyage, une vision lointaine, alors que Plaine commune est un pivot des coopératives de ville par des investissements conséquents, je vous passerais l’énumération.

Pour les dépenses d’activités, on voudrait mettre l’accent sur les politiques de l’eau, on a vraiment pas l’impression que la création d’un service public local de l’eau soit la priorité de l’ensemble des sensibilités politiques

Nous avons participé à tous les copil, c’est maigre comme participation et nous regrettons que cela ne se fasse pas cette année.

Et puis les mobilités douces sont à notre avis le parent pauvre de ce budget, un plan marche qui traîne des pieds avec des politiques communales qui ont du mal à faire concilier vélos, trottinettes, piétons et voitures. Un plan marche qui n’est pas du tout à la hauteur des enjeux climatiques et des enjeux sanitaires, ne seraient-ce que dans la prévention de l’hypertension ou de l’obésité et on ne parle pas de la qualité de l’air. 

Nous attendons beaucoup de la révision du PLD au deuxième semestre et doit être en résonance avec le succès de la maison du vélo.

Aussi, une hausse des subventions pour la maison est indispensable pour développer l’usage du vélo. Demain, Une grande chaîne nationale se déplace pour identifier les bonnes pratiques en matière de développement cyclable et c’est la maison du vélo qui a été choisi. La France a un retard considérable, pour plaine commune on se doit d’être exemplaire ! 

Pour conclure, le cas du vélo est symptomatique de ce qui se passe sur notre territoire, notre développement urbain pourrait être qualifié de « megapolitain »argent_1, nous avons besoin de mettre l’accent sur les trames vertes et bleues, les cheminements doux, la lutte contre les pollutions … 

Pour le groupe. Essaïd Zemouri.

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>