Centre aquatique : de nombreuses interrogations demeurent

Encommun_0En Commun n°51

Juin 2008

 

Le projet de centre aquatique qui doit se construire sur la commune d’Aubervilliers (à deux pas du Stade de France) est aujourd’hui sur les rails. Financé en partie par « Plaine Commune », il sera composé de plusieurs bassins, aura pour objectif d’accueillir des compétitions internationales et d’héberger une partie des activités de la Fédération Française de Natation. C’est une chance pour notre territoire de se voir doter d’un tel équipement.

Pourtant un projet aussi ambitieux soulève de nombreuses questions en particulier sur son coût de fonctionnement et relance le débat sur le manque de piscine sur notre territoire. Il ne suffira pas à lui seul à combler ce déficit alors même qu’un enfant sur deux, en moyenne, ne sait pas nager à l’entrée en 6ème sur notre territoire.

L’absence d’équipement de proximité entraîne de nombreux déplacements en autocar. Ces déplacements coûteux, polluants amputent le temps d’apprentissage déjà réduit à leur portion congrue par l’Education Nationale et vont à l’encontre du Grenelle de l’environnement. De plus, nos piscines sont soit très dégradées, soit trop petites pour répondre aux besoins d’une population qui augmente.

C’est le paradoxe qui risque d’apparaître le jour de l’inauguration de ce nouvel équipement : Créer plus de frustration que de satisfaction.

Pour éviter cela, nous avons besoin d’un véritable « plan de rattrapage » pour nous mettre à la moyenne nationale. Or, ni nos villes, ni « Plaine Commune » n’ont les moyens pour financer un tel plan. Seule la solidarité Nationale peut permettre de l’atteindre.

Il ne suffit pas de constater un manque (comme l’a fait dernièrement notre ministre des sports en dénonçant le retard important de la France en matière de Natation), il faut se mettre autour d’une table pour le combler. Chacun doit prendre ses responsabilités : les partenaires financiers publics ou privés, « Plaine-Commune » qui peut s’engager dans une réflexion permettant de mutualiser les équipements, l’éducation nationale (grande absente de ce projet), les associations et toutes celles et tous ceux qui sont attachés au développement de notre territoire.

Ensemble, nous devons saisir cette opportunité et relever le défi.

Michel Rogowski

Conseiller communautaire délégué à la Culture et à la Lecture publique

 

Michel Rogowski

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>