ANRU 2 : UNE PERSPECTIVE PLUS ENVIRONNEMENTALE !

4b8990c7fa89291e0c53195e189c0cANRU 2 : UNE PERSPECTIVE PLUS ENVIRONNEMENTALE !

On connaît les grands objectifs de la rénovation urbaine : repenser un quartier (espaces privés et publics, stationnement et circulations, etc.) ; rénover en profondeur les logements ; améliorer les équipements et services publics ; construire de nouveaux logements et proposer des parcours résidentiels. Les projets réussis de l’ANRU 1 permettent ainsi de redynamiser un quartier et d’améliorer la qualité et le confort de vie des habitants. Pourtant, un manque est à déplorer : l’ANRU1 n’inscrivait pas de manière directive et explicite des objectifs environnementaux. L’ANRU 2 intègre plus significativement le développement durable.

Entre autres, il met l’accent sur l’amélioration de la desserte, notamment en transports en commun et en liaisons douces (piétons et vélos), sur la qualité des espaces publics et privés et notamment de la trame verte urbaine, sur la production de bâtiments maîtrisant la consommation d’énergie, réduisant les émissions de gaz à effet de serre et mieux adaptés aux changements climatiques, sur la qualité architecturale, écologique, environnementale des habitations et des équipements, sur une gestion plus « propre » des chantiers. On ne peut que s’en féliciter.

Il s’agit maintenant de mettre cela en œuvre. Comment ? En questionnant de manière systématique les projets ; en co-construisant ces objectifs avec les habitants, les salariés, les commerçants pour une écologie populaire, exigeante et pragmatique ; en s’appuyant sur les documents stratégiques de Plaine Commune adoptés par les élus des 9 villes du territoire (Agenda 21, Référentiel d’aménagement soutenable des espaces publics, Plan climat énergie territorial, Plan local de l’habitat, Plan local de déplacement, charte qualité constructions neuves, etc.) ou qui le seront très prochainement (PLUI – Plan local d’urbanisme intercommunal, etc.). Enrichissons cela via une maîtrise des charges pour les locataires, un urbanisme qui réduit les impacts sur la santé, la création d’îlots de fraicheur, la préservation de la biodiversité, l’égalité femmes hommes dans l’espace public, etc. Mobilisons-nous, agents, élus, partenaires, pour le bien-être de toutes et de tous.

 

Philippe Monges

Vice-Président

Écologie urbaine

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>